News          Works          Books          Self-Publishing          Exhibitions          Collaborations          Info / Contact          Textes


NO BODY

2013
137 dessins
tampon sur papier machine,
21 x 29,7 cm chaque

No body, composé de 137 dessins aux tampons, ressemble a une liste de sentiments, d’objets, choses, personnes, lieux, composant un corpus intelligible mais fragile aussi. Ce livre où l’accumulation et la répétition règnent en maîtres fous, nous parle d’étranges bustes, de pierres et de montagnes, de l’absurde mercantile, de rage et d’humour, de violence, de douleurs drôles, de l’amour, des larmes et du sang, de la solitude, du cinéma, des animaux et des nourritures peut-être, de la mort, de la répétition infinie. No body, où nous entendons ‘personne’ et où nous lisons ‘sans corps’, est rivé à nos corps, traversé par l’absurde, la joie et la mélancolie." Antoine Saint-John

137 dessins réalisés aux tampons et rassemblés en un livre qui nous parle de l’absurde mercantile, de rage et d’humour, de violence, d’amour, de larmes et de sang, de solitude, de cinéma, d’animaux et de nourritures peut-être, de la mort, de la répétition infinie. No body, où nous entendons ‘personne’ et où nous lisons ‘sans corps’, traversé par l’absurde, la joie et la mélancolie.


︎ book










SOME BODY

2014
137 dessins
tampons sur papier machine,
21 x 29,7 cm chaque

Some Body*, le nouveau livre de dessins aux tampons de Gianpaolo Pagni, nous parle manifestement d’un corps ou de quelqu’un peut-être. No Body était le titre de son livre précédent. Des yeux ornent les couvertures de ces deux livres. Ceux de Some body nous placent immédiatement sous le signe de l’hallucination ou de l’incrédulité, nous avertissant que nous allons en voir de toutes les couleurs. La première image, après la couverture, est comme une mise en abîme de ce livre même ; une femme, une actrice très probablement, rit à outrance sur une pile de pages. Mais très vite ce rire laisse place à l’inquiétude ; des tâches sombres envahissent les pages, des paysages abscons et mélancoliques nous rappellent que ce rire de mascarade n’était qu’une couverture, au mieux un souvenir. Nous pénétrons alors dans des labyrinthes, suivons des parcours sinueux et complexes où l’anomalie est récurrente. Les choses et les formes colorées s’assemblent et mutent. Des têtes se décomposent en piques, boules ou globules. L’absurdité et l’aberration sont partout, les masques se forment, les bouches se tordent, de rire ou d’effroi. Il y a des mots, et des petites phrases qui sont comme des indices. SOME BODY apparaît à la moitié du livre, en face d’un cadre vide. Un corps, quelqu’un a disparu.
Tout se complexifie, les silhouettes sont stupéfaites, elles luttent, elles tentent de repousser quelque chose d’invisible. Et tout à coup l’infini, l’immensité de l’espace, les étoiles, lumières pales, et notre solitude dans l’univers. Et même Alberto Sordi a un air inquiet, sur son fond de grillage rouge et face à une arche semblant vaciller. À la fin du livre, à la fin de ce chemin traversé avec ces corps inquiets et parmi ces objets bizarres et beaux, nous aussi nous dirons que nous avons compris quelque chose de la vie, et nous pourrons dire, chacun d’entre nous, « JE VOIS ».


︎ book










EVERYBODY LOVES SOMEBODY… AND NO BODY

2015
137 dessins
tampon sur papier mousseline,
21 x 29,7 cm chaque

EVERYBODY LOVES SOMEBODY… AND NO BODY est le 3e opus d’un ensemble comprenant Some Body et No Body. Clin d’oeil aux titres de ses précédents livres, autoportrait en creux, et surtout hommage au crooner Dino Paul Crocetti, alias Dean Martin, qui en 1964 détrôna les Beatles au hit-parade américain avec son tube Everybody loves somebody. Cette nouvelle série de dessins aux tampons, rêverie née de ce motif musical, est ponctuée par des mots extraits de la chanson et des citations du livre Dino, la belle vie dans l’industrie du rêve de Nick Tosches. Variations, leitmotivs, tels des refrains graphiques déclenchés par l’esprit vagabond de l’artiste se laissant impressionner par la musique au loin, captivé par des formes et des rythmes répétitifs, entraînants. Pour le projet il a également développé autour de cette chanson des recherches musicales avec un sampler, prolongeant ainsi la notion de motif, répétition et variation. Car la beauté de ce livre réside dans les modulations que l’auteur décline à l’envi comme un musicien avec son instrument. Dude Borrachon

︎ book






︎      ︎      ︎      ︎

© Gianpaolo Pagni 2021